Nous sommes à moins d'un an de la promulgation officielle par l'Union européenne d'un nouvelle loi interdisant l'importation de produits, comme le café, liés à la déforestation, et les difficultés – et l’opposition à la mesure dans sa forme actuelle – continuent de croître. Pour que les marchandises puissent être importées, au moins sans une lourde amende, la loi exige que les entreprises soient en mesure de retracer leur origine pour prouver qu'elles n'ont pas été cultivées sur des terres récemment déboisées.

Mais maintenant, le Fédération européenne du café exhorte l’UE à retarder la mise en œuvre de la loi en raison de « son impact potentiellement dévastateur sur des millions de producteurs ».

Tel que rapporté par Bloomberg, l'ECF évoque des perturbations importantes, en particulier pour les petits producteurs de café, si la loi entre en vigueur le 30 décembre comme prévu. S'appuyant sur les résultats d'une enquête menée par l'Organisation internationale du Café, l'ECF note que 80 % des agriculteurs n'ont pas cartographié leurs terres comme l'exige la loi, précisant en outre qu'ils « ne sauraient pas comment participer correctement à l'exercice. »

annonce les nouvelles règles du café maintenant disponibles

 

Pour aggraver encore davantage les problèmes, l'ECF déclare que les outils d'aide à la conformité se sont développés lentement, ne laissant pas suffisamment de temps pour leur mise en œuvre. La FEC appelle donc l’UE à reconsidérer le calendrier de la nouvelle loi.

« La mise en œuvre et le calendrier s'avèrent être un défi non seulement pour l'ensemble du secteur du café et les parties prenantes associées, mais également pour les autorités compétentes de l'UE », indique une lettre de l'ECF adressée à l'UE. « La FEC et ses membres restent pleinement attachés à l'esprit du RDUE et continueront à œuvrer pour garantir que l'objectif global fixé par la Commission européenne soit atteint par tous, le moment venu, sans les nombreuses conséquences imprévues. »

L'ECF rejoint les ONG Conservation International et Solidarité qui ont déjà exprimé des réticences quant à la mise en œuvre de la mesure de déforestation et à la manière dont elle avoir un impact négatif sur les petits producteurs de café. Il y a même des spéculations selon lesquelles du café vert se trouve actuellement dans les entrepôts de l'UE il faudra peut-être le jeter s'ils ne sont pas vendus avant l'entrée en vigueur de la loi.

Selon Bloomberg, la Commission européenne a reçu la lettre exprimant les préoccupations de la FEC et y répondra « en temps voulu ».

Zac Cadwalader est rédacteur en chef de Sprudge Media Network et rédacteur basé à Dallas. Lire la suite de Zac Cadwalader sur Sprudge.